Index Arca Patrimoine

Arca Patrimoine Forum

La Référence en Assurance Vie à votre écoute

Vers le contenu

Glossaire Arca Patrimoine

a b c d e f i k l m n o p r s t u v w


a

ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel) : Autorité administrative indépendante, qui surveille l’activité des banques et des assurances en France. Elle a été fondée en janvier 2010 par fusion de la Commission bancaire, de l’Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM), du comité des entreprises d’assurance et du comité des établissements de crédit et des entreprises d’investissement. L’ACPR a pour mission de veiller “à la préservation de la stabilité du système financier et à la protection des clients, assurés, adhérents et bénéficiaires des personnes soumises à son contrôle” (art. L612-1 du Code monétaire et financier, le CMF). L’ACPR coopère avec l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Par ailleurs, elle représente la France dans les instances internationales de la banque et des assurances.

AMF (Autorité des Marchés Financiers) : Créée par la loi n° 2003-706 de sécurité financière du 1er août 2003, l’Autorité des Marchés Financiers est issue de la fusion de la Commission des opérations de bourse (COB), du Conseil des marchés financiers (CMF) et du Conseil de discipline de la gestion financière (CDGF). Ce rapprochement a pour objectif de renforcer l’efficacité et la visibilité de la régulation de la place financière française. L’Autorité des Marchés Financiers est un organisme public indépendant, doté de la personnalité morale et disposant d’une autonomie financière, qui a pour missions : de veiller à la protection de l’épargne investie dans les instruments financiers et tout autre placement donnant lieu à appel public à l’épargne, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés d’instruments financiers. Elle apporte son concours à la régulation de ces marchés aux échelons européen et international.

Abattement : Déduction opérée par l’administration sur le chiffre des déclarations de revenus qui sert de base au calcul de l’impôt général sur le revenu.

AcVc (ACcident de la Vie Courante) : Ensemble des accidents qui peuvent survenir au domicile ou a proximité. En sont donc exclus les accidents du travail et de la circulation.

Acceptation : écrit par lequel le bénéficiaire accepte sa désignation. Depuis 2007, cet écrit est signé par le souscripteur/adhérent et le bénéficiaire et est porté à la connaissance de l’assureur. Après cet acceptation, le souscripteur/adhérent ne peut plus procéder à des rachats, demander des avances ou modifier la clause bénéficiaire sans l’accord de celui-ci.

Actif cantonné : L'actif est l'enveloppe dans laquelle l'épargne des assurés est gérée. L'actif est dit "cantonné" lorsqu'il ne rassemble que les primes versées par les adhérents d'un même contrat. Un actif cantonné offre une grande transparence de gestion : il limite la marge de manœuvre de l'assureur pour tirer "à la main" le taux de revalorisation annuel des contrats.

Actif général : L'actif général d'une compagnie d'assurances regroupe les primes collectées au titre de l'ensemble de ses contrats d'assurance vie. Il offre une grande diversification de l'épargne. Le rendement est souvent plus faible que pour un actif cantonné.

Action : Titre de propriété représentant une part du capital d’une société.

Adhérent : Personne physique qui adhère à un contrat d’assurance vie associatif (Madelin, Perp). L’adhérent et l’assuré sont la même personne.

Arbitrage : Opération consistant à modifier la répartition du capital entre les différents supports (euros, unités de compte) par le désinvestissement d’un support et le réinvestissement sur un autre support.

Assurance vie : Assurance de personnes avec la garantie du versement d'un capital ou d'une rente lorsque survient un événement lié à la personne assurée : son décès, un accident, une maladie ... Elle permet de protéger ses proches et de se créer une épargne de précaution à moyen et à long terme.

Assureur : Organisme habilité à organiser la mutualisation des risques au sein de la communauté des personnes ayant souscrit auprès d’elle un contrat d’assurance et qui s’engage, en cas de réalisation de ces risques, à couvrir les pertes financières éventuelles de ses assurés dans la limite de la convention qu’ils ont fixé ensemble.

Assuré : C’est la personne dont la vie, les actes ou les biens sont garantis par un contrat d’assurance. Assuré et souscripteur ne font souvent qu’un, mais l’assuré n’est pas forcément le souscripteur du contrat. La dissociation des deux personnes est parfaitement possible.

Avance : Opération consistant à accorder, moyennant intérêts, une forme de prêt à l’adhérent ou au souscripteur. Le montant maximum de l’avance correspond à une fraction du capital constaté sur le contrat.

Avenant : Document qui matérialise les modifications intervenues dans un contrat (par exemple, changement de bénéficiaire). Ce document, comme le contrat d'assurance auquel il se rattache, est signé par l'assureur et l'assuré.

Ayant-droit : Personne détenant un droit en raison de sa situation juridique, fiscale, financière, ou d’un lien familial avec le bénéficiaire direct de ce droit


haut de page


b

Bourse : Le nom bourse vient de la famille Van den Börse, installée à Bruges au XIVè siècle. Les négociants avaient pris l’habitude de régler leurs affaires au pied de leur hôtel. La Bourse est non seulement un lieu de financement pour les Etats, entreprises, etc. mais également un lieu de placement, d’investissement.

Bénéficiaire : Personne(s) qui recevr-a(ont) le bénéfice du contrat d'assurance vie en cas de décès et/ou en cas de vie de l'assuré et désignée(s) dans la clause bénéficiaire.

Bénéficiaire acceptant : C’est la personne désignée en tant que bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie en cas de décès de l’assuré qui a « acceptée le bénéfice de ce contrat ». Attention, le souscripteur ne pourra plus disposer librement de son contrat sans son accord.


haut de page


c

CAC40 (Cotation Assistée en Continu) : Il s’agit du principal indice boursier de la place de Paris. Cet indice est calculé à partir d’un échantillon de 40 valeurs de sociétés françaises cotées sur l’Euronext Paris, et choisies en fonction d’exigences multiples (capitalisation, liquidité et diversification sectorielle).

CRDS (Contribution au Remboursement de la Dette Sociale) : Impôt instauré en 1996 afin de financer la Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale (CADES) en vue notamment de résorber l’endettement de la Sécurité Sociale. Le taux est 0,50 %.

CSG (Contribution Sociale Généralisée) : Impôt destiné à participer au financement de la protection sociale. Le taux est à 8.20 % sur le patrimoine et les placements dont 5,80 % sont déductibles l’année suivante.

Capitalisation : Technique qui permet de faire fructifier l’épargne investie. Les intérêts produits par l’épargne s’ajoutent à celle-ci et deviennent eux-mêmes générateurs d’intérêts. Ainsi, 100 euros placés à 10% la 1ère année impliquent que la 2ème année les 10% porteront sur 110 euros, ces 10 euros produiront 1 euro d’intérêt en plus la 3è année et ainsi de suite.

Chargements : Ensemble des frais afférents au contrat, c’est-à-dire les frais d’entrée plus les frais de gestion annuels prélevés sur les provisions mathématiques.

Clause bénéficiaire : Clause d’un contrat d’assurance vie où le souscripteur/ adhérent désigne à l’avance la ou les personnes ayant vocation à recevoir le capital au terme du contrat.

Compte à terme : Dépôt d'argent pour une durée et un taux fixés à l'avance.

Conditions générales : Ensemble des clauses d'un contrat d'assurance vie communes à tous les détenteurs.

Conditions particulières : Mentions ajoutées aux conditions générales d'un contrat pour l'adapter au cas particulier du souscripteur. Elles précisent entre autres l'identité du (ou des) bénéficiaire(s) désigné(s).

Contrat : Convention juridique par laquelle une ou plusieurs personnes s'engagent envers d’autres personnes à faire ou ne pas faire quelque chose.

Contrat en unités de compte : Contrat dont les garanties sont exprimées par référence à un ou plusieurs supports (parts ou actions de valeurs mobilières ou immobilières) : elles varient comme les valeurs qui leur servent de référence.

Contrat à versement unique : Contrat pour lequel est prévu un seul versement, versé dans son intégralité au moment de la souscription.

Contrat à versements libres : Contrat pour lequel il est possible d'effectuer plusieurs versements, dont le montant et la périodicité ne sont pas fixés au moment de la souscription.

Contrat à versements périodiques : Contrat pour lequel sont prévues plusieurs versements réguliers, dont le montant et la périodicité sont fixés au moment de la souscription.

Cotation : C’est le cours d’un titre ou prix d’une marchandise en Bourse résultant de la confrontation des ordres d’achat et des ordres de vente. La cotation d’une action se fait selon le principe de l’offre et de la demande : son cours baisse s’il y a plus d’offres (vendeurs) que de demandes (acheteurs) et monte s’il y a plus de demandes que d’offres.

Coupon : Somme d'argent payée au porteur d'une obligation (le créancier) et correspondant aux intérêts.

Coupon couru : Fraction du coupon acquise "prorata temporis" depuis la date de détachement du dernier coupon.

Créancier : personne qui possède sur une autre (le débiteur) un droit de créance lui permettant d’exiger d’elle la fourniture d’une prestation.


haut de page


d

Dividende : Rémunération d’une action généralement versé une fois par an. C’est la somme représentent les bénéfices distribués par une société aux associés.

Dow Jones : le plus vieil indice des bourses de New-York et le plus vieil indice boursier du monde. Il comprend 30 entreprises importantes mais les entreprises présentent dans l’indice ont changé avec le temps. Seule General Electric est présente depuis mes origines de la publication de l’indice.

Droit de mutation : Impôt à régler à l’occasion d’un transfert de propriété, qu’il s’agisse d’une donation, d’une vente ou d’un héritage.

Droits de garde : Frais facturés au client pour la tenue de son compte-titres.

Durée viagère : Un contrat est dit à "durée viagère" lorsqu'il est réputé ne se terminer qu'au décès de l'assuré. Le souscripteur reste cependant libre de racheter à tout moment son contrat.

Défiscalisation : désigne l’ensemble des dispositions légales appliquées pour alléger la charge fiscale d’un contribuable en diminuant son niveau d’impôt sur le revenu ou d’ISF.


haut de page


e

EMTN : les Euro Medium Term Notes (EMTN) sont la variante Euro des titres de créances initialement crées crées aux Etats-Unis (Les MTN). Ces titres de créances sont négociables et sont émis par les Banques de Financement et d’Investissement. Ces titres sont destinés aux investisseurs corporates, institutionnels ou banques privées.

Effet cliquet : Mécanisme permettant d’engranger définitivement les bénéfices acquis pendant une certaine période. Valable notamment pour les contrats d’assurance vie libellés en euros et certains contrats en unités de compte, les performances de l’année sont définitivement acquises à l’épargnant. L’assureur a l’obligation de constituer des réserves qui vont lui permettre de cristalliser cette performance.

En-cours : solde comptable d’un compte après comptabilisation des versements et des retraits.

Epargne : C’est la part du revenu restant après la déduction de toutes les dépenses courantes et qui sera mise de côté pour ne pas être dépensé.

Euronext : Plate-forme technique des marchés financiers associant les bourses de Paris, Bruxelles, Lisbonne et Amsterdam, ainsi que le Liffe (marché des dividendes anglais). Euronext a fusionné avec le grand marché américain du New-York Stock Exchange (NYSE) pour devenir une énorme place de marché opérant des deux côtés de l’Atlantique qu’il faut désormais appelé NYSE-Euronext.

Exonération : dispense totale ou partielle du paiement de l’impôt.


haut de page


f

FCP (Fonds Commun de Placement) : Les FCP appartiennent à la famille des Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM). Ces fonds sont gérés par des sociétés de gestion. Les parts du FCP sont proposés aux clients des établissements financiers et des banques. Un FCP est un portefeuille de valeurs mobilières (actions, obligations) détenues en copropriété ; c’est un « panier » de valeurs. Le FCP est divisé en parts de FCP dont la valeur varie avec celle des titres qui le composent.

FCPE (Fonds Communs de Placements d'Entreprise) : Dédiés aux salariés d’une entreprise et mis en place dans le cadre d’un accord de participation ou d’un plan d’épargne salariale (PEE, PERCO). Il peut s’agir soit de FCPE “diversifié” (composé d’un panier de valeurs) soit de FCPE “d’actionnariat salarié” composé majoritairement de titres de l’entreprise). Tous les FCPE sont agrées par l’AMF.

FCPI (Fonds Commun de Placement dans l'Innovation) : Catégorie de fonds de placements à risques. Leur actif est composé d’au moins 60% de sociétés non cotées, considérées comme innovantes dans les secteurs innovants de l’industrie, l’informatique, les sciences médicales, les biotechnologies et les technologies et l’information. IR (Impôt sur le Revenu): il existe une réduction d’impôt égale à 25% des versements effectués jusqu’au 31 décembre 2006, dans la limite d’un plafond de 12.000 euros (personne seule) ou 24.000 (couple marié). La réduction ne pourra pas excéder 3000 euros pour une personne seule et 6000 euros pour un couple. De plus les plus-values des FCPI sont exonérés à condition que la cessation n’intervienne pas dans le délai de 5 ans suivant la souscription, mais ces plus-values restent redevables des prélèvements sociaux. ISF: (Impôt de Solidarité sur la Fortune): depuis 2006, il existe une réduction de l’ISF global de 50 % du montant des souscriptions indirectes via un FCPI avec un plafond de 18.000 euros si elles sont conservées au moins 5 ans et si le fonds s’est engagé à investir son portefeuille en actifs éligibles à l’ISF à hauteur de 100%. Transmission : droit commun

FCPR (Fonds Communs de Placements à Risques) : catégorie d’OPCVM qui n’a pas la personnalité morale et est géré par une société de gestion, qui agit au nom et pour le compte du FCPR, dont l’actif doit être constitué de 50% au moins de valeurs immobilières non admises à la négociation sur un marché réglementé français ou étranger (entreprises non cotées) ou de parts de sociétés à responsabilité limitée. Il n’y a pas d’avantage fiscal au moment de la souscription. En revanche, à la sortie le souscripteur peut bénéficier d’une exonération fiscale. Pour bénéficier de l’exonération sur les plus-values dans le cadre d’impôt sur le revenu, deux conditions doivent être remplies : - la cession ne doit pas intervenir dans le délai de 5 ans suivant la souscription. Ces plus-values restent redevables des prélèvements sociaux. Les revenus du FCPR doivent être capitalisés. - ne pas détenir directement ou indirectement, personnellement ou avec son conjoint et ses ascendants ou descendants, plus de 25% des droits dans les sociétés figurant sur l’actif du fonds, ou avoir détenu ce pourcentage à un moment quelconque au cours des cinq années précédant la souscription des parts du FCPR. Dans le cadre de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune): La loi TEPA du 21 août 2007 (Loi pour le Travail, l’Emploi et le Pouvoir d’Achat) permet aux contribuables soumis à l’ISF d’investir dans le PME en échange d’une réduction de leur impôt. Il s’agit de la possibilité d’investir une partie de leur impôt dans une PME éligible à la loi TEPA. Depuis le 1er janvier 2011, la réduction prévue par la loi TEPA est de 50% du montant investi (dans la limite de 45 000 euros) Transmission : droit commun

FIP (Fonds d’Investissements de Proximité) : Il s’agit d’un investissement permettant le financement de PME appartenant au même bassin régional (4 régions limitrophes). L’actif doit être composé au moins de 70 % de titres de PME respectant certaines conditions, telle qu’avoir leur siège social situé dans un Etat appartenant à l’espace économique européen, hors Liechtenstein, etc. IR (Impôt sur le Revenu): il existe une réduction d’impôt égale à 18% (38% du montant investi pour les FIP investissement en Corse) du prix de souscription, dans la limité d’un plafond de 12 000 euros nets investis (personne seule) et 24 000 euros nets investis (couple marié). ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) : depuis 2006 il existe des avantages particuliers : - Souscription d’un capital d’un FIP : exonération totale, si au moins 20% des PME exercent leur activité depuis au moins 5 ans - Réduction de l’ISF global de 50% du montant des souscriptions indirectes via un FIP au capital de PME avec un plafond de 18 000 si elles sont conservés au moins 5 ans à compter de la souscription et si le quota de PME éligible est de 100 %. Transmission : droit commun

Fonds en euros : Support du contrat pour lequel l’assureur garantit à l’adhérent le capital ainsi qu’un taux minimum de rémunération.

Frais de gestion : Il s’agit des frais prélevés en fin d’année au titre de la gestion de l’épargne.

Frais de sortie : montant payé lors du dénouement du contrat (ex: frais sur paiement d’une rente ou indemnité de rachat)

Frais d’entrée : Ils représentent le montant des frais à payer pour chaque versement sur un contrat d’assurance vie.

Fusion : Regroupement d’une ou plusieurs sociétés en vu d’en former qu’une seule.


haut de page


i

Indice boursier : Indice qui permet de mesurer la performance de la bourse.

Insaisissabilité : Les capitaux investis dans un contrat d’assurance vie ne peuvent pas être réclamés par les créanciers de l’assuré (exclu en matière pénale et fiscale)

Intérêts : Rémunération offerte en retour de la mise à disposition d’un prêt.

Investisseurs institutionnels : Ce sont principalement les banques, les établissements financiers, les caisses de retraite et les compagnies d'assurances. Les investisseurs institutionnels sont aussi appelés les "ZINZINS".


haut de page


k

Krach : Crise boursière. Les plus "célèbres" sont ceux des 29 octobre 1929 et d'octobre 1987, à Wall Street.


haut de page


l

Ligne : Ensemble des actions (ou des obligations) d'une même société (ou d'un même type) figurant dans un portefeuille.

Liquidation : Échéance mensuelle effectuée sur le Service de Règlement Différé (SRD). La liquidation intervient chaque mois à la 7ème séance boursière avant la dernière bourse du mois civil. La date de liquidation détermine la fin du mois boursier et le commencement du mois boursier suivant.

Liquidité : Possibilité de transformer un capital en argent liquide. Si on a un besoin rapide de liquidités, il est important de détenir des titres ayant une liquidité élevée.


haut de page


m

Marché primaire : Marché des nouvelles émissions d’actions ou d’obligations, introduction en bourse notammment. Le marché primaire est également appelé “marché du neuf”, en opposition avec le marché de l’occasion représenté par le marché secondaire. Un marché est dit “primaire” si le montant des ventes va à l’émetteur.

Marché secondaire : Marché où sont cotés les titres (actions et obligations) : c’est une sorte de “marché d’occasion” qui permet aux investisseurs de revendre leurs titres. Le montant des cessions va à l’ancien propriétaire des titres et non à l’émetteur.

Monosupport : Contrat sur lequel les versements sont répartis sur un support unique.

Multigestion : Technique consistant à sélectionner de par le monde les gestionnaires les plus expérimentés et les plus performants et en offrir l’accès à une clientèle élargie au travers d’un unique support (FCP, SICAV ou contrat d’assurance vie). En sélectionnant les meilleurs experts d’un marché, d’un pays ou d’un secteur, le support permet ainsi une large diversification et une meilleure maîtrise des risques.

Multisupports : Contrat qui permet de répartir les versements sur divers supports (fonds en euros, unités de compte) et de pouvoir en modifier la répartition.


haut de page


n

NYSE (New York Stock Exchange) : Nom de la bourse américaine de Wall Street. Le NYSE est la première bourse mondiale en termes de capitalisation. En 2007, le NYSE a fusionné avec l’Euronext pour former NYSE-Euronext. cf : Wall Street.

Nantissement : En matière d’assurance-vie, utilisation par un souscripteur de tout ou partie des sommes placées sur un contrat comme garantie pour l’obtention d’un prêt.

Nasdaq (National Association of Securities Dealers Automated Quotation System) : Devenu en 1971 un marché réglementé, il regroupe les valeurs technologiques de la bourse de New York. Il est le premier marché au monde en termes de transactions. Ce marché a son indice, l'indice composite Nasdaq.

Nikkei : Indice des 225 valeurs les plus importantes de la Bourse de Tokyo.


haut de page


o

OPCVM (Organismes de Placement Collectif de Valeurs Mobilières) : Leur mission est de placer en valeurs mobilières les fonds qui leur sont confiés et d’en assurer la gestion. Ils regroupent les SICAV et les FCP. Les OPCVM comprennent les OPCVM actions, les OPCVM obligations et autres titres de créances et les OPCVM monétaires.

ORIAS : Crée en 2007, cette association régie par la loi du 1er juillet 1901 homologue et recense les intermédiaires en assurance, banque et finance (agents généraux, courtiers, etc…)

Obligation : Emprunt émis par une entreprise, publique ou privée, ou par l’Etat. Celui qui détient une obligation a droit au remboursement de la somme prêtée, majorée des intérêts sur lesquels s’est engagé l’organisme qui a émis l’obligation.


haut de page


p

PASS (Plafond Annuel de la Sécurité Sociale) : Valeur qui constitue la base pour calculer certaines prestations de la Sécurité sociale, comme le montant annuel maximal des pensions d’invalidité ou des indemnités journalières. Les compagnies d’assurance l’utilisent pour valoriser une prestation ou une garantie proposée. Ce plafond est recalculé chaque année en fonction de l’évolution des salaires.

PEA (Plan d'Epargne en Actions ) : Contrat nominatif permettant à chaque personne fiscalement domiciliée en France d'investir en actions françaises avec une fiscalité particulièrement avantageuse.

PFL ou IR : Option fiscale prise par le souscripteur lors d’un retrait d’épargne sur un contrat d’assurance vie. - Le Prélèvement Forfaitaire Libératoire correspond à un prélèvement immédiat de l’impôt par l’assureur qui le reverse à l’Etat. Le taux de ce prélèvement décroît avec la durée du contrat. - Le souscripteur peut également intégrer les gains perçus dans sa déclaration de revenus (choix IR pour Imposition sur le Revenu), auquel cas, il sera imposé à son taux marginal d’imposition.

PME (Petites et Moyennes Entreprises) : - a son siège dans l’UE ou l’EEE, - n’est pas cotée sur un marché réglementé, - est soumise à l’IS dans les conditions de droit commun (pas de régime d'exonération), - a moins de 250 salariés, - réalise un chiffre d’affaires annuel égal ou inférieur à 50 M€, - son capital n’est pas détenu à plus de 25 % par une (ou plusieurs) PME ne respectant pas les critères ci-dessus.

PTIA (Perte Totale et Irréversible de l'Autonomie) : Situation consécutive à une maladie ou un accident qui place l’assuré dans l’impossibilité absolue et définitive de se livrer à une occupation professionnelle.

Placement : Action de placer son argent pour le faire fructifier.

Plus-value : Accroissement de la valeur d'un bien durant une période donnée, en général entre l'achat et la vente.

Pouvoir d'achat : Le pouvoir d’achat d’un ménage est la capacité de celui-ci à consommer en fonction de ses revenus.

Primes : Sommes d’argent versées par l’adhérent en contrepartie de la garantie accordée par l’assureur.

Provisions mathématiques : Engagements de l'assureur vis-à-vis de ses assurés.

Prélèvements sociaux : Ensemble des prélèvements obligatoires qui sont opérés sur les revenus d’activité, de remplacement, du patrimoine et des placements. Depuis le 1er juillet 2012, le taux des prélèvements sociaux est passé de 13,5 à 15,5%. Il se compose de 8,2%de cotisation sociale généralisé (CSG), une contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) de 0,5%, de 0,30 % de contributions additionnelles et 2% de revenu de solidarité active et 4,5% consacré au prélèvement social

Prévoyance : Contrat qui rassemble des garanties destinées à se prémunir de la réalisation d’un ou plusieurs risques (perte de l’emploi, accident, maladie, etc.)


haut de page


r

Rachat : Récupération par le souscripteur de tout ou partie de la valeur acquise de son épargne. Si le rachat est total, cette opération, entraîne la clôture du contrat.

Ratio : Un ratio est un rapport. Il sert à mesurer la santé économique et financière de l'entreprise. Les ratios de gestion mesurent la capacité intrinsèque de la société à dégager du profit. Les ratios financiers vérifient la solidité financière et la rentabilité de l'entreprise.

Rendement : Le rendement d’une action est le rapport du dividende sur le cours de l’action. Il correspond à la rentabilité d’une somme placée.

Renonciation : Droit du souscripteur/adhérent de mettre fin à son contrat d’assurance vie sans frais au plus tard 30 jours après avoir été informé de la conclusion de celui-ci. L’utilisation de ce droit entraîne la restitution de l’intégralité des sommes versées.

Rente : Une somme fixée à l’avance reçue périodiquement pour une durée fixée d’avance

Rente viagère : Somme versée périodiquement au souscripteur jusqu’à son décès en contrepartie d’un capital non récupérable. Il est possible de prévoir la réversion au profit d’une autre personne.

Reversibilité : Option permettant, au décès du bénéficiaire de la rente, de poursuivre les versements au profit d’une seconde personne désignée au contrat (le plus souvent le conjoint).

Risque : La notion de risque correspond au degré d’exposition de l’épargne aux fluctuations des marchés financiers. Plus le risque est grand, plus la fluctuation de l’épargne est importante. Une grande prise de risque ne se conçoit que sur le long terme, la durée permettant de lisser les évolutions irrégulières des marchés financiers. Ainsi, une prise de risque plus important doit normalement se traduire par un gain plus élevé sur le long terme tout en sachant que les risques de perte en capital à court terme sont alors plus grands.

Risque : La notion de risque correspond au degré d’exposition de l’épargne aux fluctuations des marchés financiers. Plus le risque est grand, plus la fluctuation de l’épargne est importante. Une grande prise de risque ne se conçoit que sur le long terme, la durée permettant de lisser les évolutions irrégulières des marchés financiers. Ainsi, une prise de risque plus important doit normalement se traduire par un gain plus élevé sur le long terme tout en sachant que les risques de perte en capital à court terme sont alors plus grands.


haut de page


s

SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers) : Une SCPI permet d'investir dans l'immobilier dans les mêmes conditions fiscales qu'un investissement direct mais pour des montants qui peuvent être beaucoup plus faibles. L’acquéreur bénéficie d’une certaine division des risques (la société détenant un parc immobilier diversifié), et d’une gestion professionnelle.

Sensibilité : Importance de la répercussion des changements de taux du marché sur le cours d'une obligation. Exemple : si la sensibilité d'une obligation est de 5 et son cours de 5000 €, une hausse (baisse) des taux de 1% entraînera une baisse (hausse) de l'obligation de 5 x 1 % x 5000 €, soit 250 €.

Sicav (Société d'Investissement à Capital Variable) : Les SICAV appartiennent à la famille des OPCVM. Il s’agit comme le FCP d’un portefeuille de valeurs mobilières (actions, obligations). Les deux principales différences sont d'une part : la SICAV est une société anonyme et d'autre part : le mode de gestion. La SICAV est gérée par une société spécialisée alors que dans le FCP, les valeurs sont détenues en copropriété.

Sociétés de bourse : Anciennement agents de change. Elles ont le monopole de la négociation des valeurs mobilières, obligations exceptées. Ces sociétés sont agrées par l’AMF, elles gèrent les portefeuilles clients et transmettent les ordres de placement.

Souscripteur : Personne qui souscrit un contrat individuel d’assurance vie (offrant une sortie en capital) auprès de la compagnie d’assurance, et qui désigne le(s) bénéficiaire(s). Le souscripteur peut-être la personne assurée. Il faut distinguer le souscripteur (qui contracte), l’assuré (sur qui repose le risque) et le bénéficiaire (qui reçoit la prestation en cas de survenance du risque). La définition de l’assuré peut être différente en fonction des contrats d’assurance.

Souscription : Acte d’engagement d’une personne physique de respecter les conditions inscrites sur l’acte qu’elle approuve par l’apposition de sa signature. Dans le secteur des assurances, la souscription correspond à l’engagement du souscripteur de verser à l’assureur les primes pendant toute la durée de l’engagement.

Supports en unités de compte : Les unités de compte sont des valeurs de référence représentatives d’obligations, de parts ou actions d’OPCVM (ou autres titres admis par le Code des Assurances et acquis par l’assureur).


haut de page


t

TNS (Travailleurs Non Salariés) : gérant de société ou travailleur indépendant (commerçant, artisan, professionnel libéral), il ne dépend pas de l’Assurance Maladie mais du RSI (Régime Social des Indépendants). N’ayant pas la qualité, le TNS doit assurer lui-même le paiement de ses cotisations auprès des organismes compétents.

Taux minimum garanti : Pour les contrats en euros ou les supports en euros des contrats multisupports, le taux minimum garanti est l’engagement de rémunération minimum de l’épargne pris par l’assureur à l’égard des épargnants.

Temporaire décès : l’assurance temporaire décès garantit le versement du capital au bénéficiaire en cas de décès de l’assuré avant le contrat.


haut de page


u

Unités de compte : Valeurs de référence représentatives d’obligations, de parts ou actions d’OPCVM (ou autres titres admis par le Code des Assurances et acquis par l’assureur). Les contrats dont le support est un unité de compte sont risqués puisqu’ils sont dépendants de la variation des marchés financiers.


haut de page


v

Valeur de rachat : somme à partir de laquelle on calcule le retrait partiel et le rachat total lors d’un dénouement anticipé du contrat.

Valeur mobilière : Titre financier émis par une personne morale. Les actions et les obligations sont des valeurs mobilières.

Volatilité : La volatilité mesure la régularité de la performance d’un placement : plus la volatilité est faible, plus la performance est régulière.


haut de page


w

Wall Street : Bourse de New York ou NYSE (New York Stock Exchange).


haut de page


cron